• Céline Degeans

Le devoir d'être soi-même


Accueille l'être nuancé que tu es. Tel le yin et le yang, tu es façonné de clair et d'obscur. Un côté pile, un côté face. Je dirais même que nous avons bien plus que 2 facettes et ces différentes versions de nous-même co-habitent ensemble. N'en délaisse pas une par peur du regard de l'autre. Comprend que l'autre c'est toi. De qui as-tu vraiment peur ? Nous jouons en constante interaction comme l'ombre joue avec la lumière. Et l'une ne peut exister sans l'autre. Vivre seulement dans l'ombre ou dans la lumière serait comme renoncer à une partie de Soi. Bien sûr, cela serait plus sécurisant. Il est plus aisé de se cloîtrer dans un appartement que de s'ouvrir au monde. Mais comment ne pas tourner en rond ? C'est en ressentant la frustration que nous cherchons une issue. On réalise alors que l'on s'est empêché d'être le Tout. Nous définissons le bien et le mal, et trop souvent nous nous fixons des limites. Nous pensons qu'il s'agit du cadre imposé par les normes et valeurs de la société, mais ces limites, nous nous les imposons seuls en érigeant des murs face à nous-même. Ne rêvez-vous pas de revivre le 9 novembre 1989 en abattant votre "mur de la honte" ? Ne renonce pas à tes désirs, tes pulsions, elles ont leur raison d'être. Ce sont elles qui te font aller vers l'inconnu, à la découverte de l'invisible. Ce sont dans ces moments que l'on découvre réellement qui l'on est. Aime toi dans ta globalité ! Même les roses ont des épines. Laisse vivre l'animal qui est en toi. Longtemps j'ai cherché à me montrer sous mon meilleur jour, cherchant à atteindre la meilleure version de moi-même dans l'image de la perfection que je m'étais imaginé et celle que je pensais lire dans le regard de l'autre. Par peur de décevoir les attentes d'autrui, de ne pas être digne d'être aimée, pensant devenir vulnérable si je mettais mes faiblesses aux yeux du monde... Et puis, j'ai compris que ce jeu ne me rapprochait pas de mon être idéal mais plutôt il m'éloignait de qui je suis réellement : humaine et nuancée. Quand ton côté obscur te pète à la gueule, c'est violent, tu saisis que quelque chose te dérange et que ce n'est pas ok en toi. Puis, j'y ai mis des mots, j'ai décidé de ne plus renoncer à moi-même, de ne plus me renier. Je ne me résigne pas à une maigre version de moi-même, je m'autorise à conquérir l'entièreté de mon être. Je danse en chaque énergie : parfois basse, parfois haute. Et c'est seulement en acceptant cela que je me sens plus proche de l'équilibre, de ma vibration originelle. Il n'est pas de mon devoir d'être aimable, il est de mon devoir de saisir qui je suis.




Céline Degeans.



Autorisation : Partage de texte dans son intégralité et en citant la source.

21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout